Bien-être : du diktat à la recherche de notre propre équilibre

5h du mat’ : Réveil.

Etirements, méditation, je m’empare de mon crayon et de mon Bullet Journal, en allumant une bougie odeur nature printanière de la campagne des champs qui sent divinement bon.

Aller courir avant même que la ville ne s’éveille, hop hop hop, dans une tenue confortable mais sexy et fashion c’est important, avant de boire mon thé spécial Yoga et de manger mes baies de goji à 12 balles le kilo.

Me maquiller légèrement avec mes produits bio, et ne pas oublier de prendre un selfie « I woke up like this » #nomakeup, avant de partir au travail avec mon green smoothie et ma lunch box sous le bras. Healthy bien sûr.

Passer un bel après-midi au travail grâce à mon Happiness Manager, yeah that’s a thing !

Revenir du taff sans oublier de faire mes courses, exclusivement chez mon maraîcher bio, manger sain, finir par une tisane, non non pas de dessert pour moi nous n’en avons pas besoin.

Lâcher mon canap’ pour trier mon dressing. Soyons minimaliste et vintage avec une capsule de 10 fringues pour tout le printemps, en faire une vidéo youtube pendant que je garde bien précieusement les 100 autres fringues que je possède. On ne rigole pas avec la Mode, faut pas déconner chérie.

Lire, bien sûr, mais si tu sais, ce livre de l’auteur dont tout le monde parle. M’endormir en écoutant les vagues, après m’être démaquillée … à l’huile de coco bien sûr.

Ah, le pied …

Oui, enfin c’est bien beau tout ça, mais surtout je suis tellement claquée que je ne sais même pas à quel moment caser mon chéri là-dedans. Je n’ai même pas pu caser jouer d’un instrument ou apprendre l’italien dans ce bordel, et alors encore moins aider mon prochain ! Non seulement c’est très auto-centré, normal me direz-vous puisque le bien être est propre à chacun on y reviendra –  mais juste ce n’est pas ça ma journée idéale, ce n’est pas en cochant toutes ces cases qu’on nous impose, finalement, à longueur de journée que j’éprouverai une sensation de bien-être. On se fatigue à essayer de cocher toutes ces cases, on culpabilise quand on n’y parvient pas.

Alors attention qu’on ne s’y méprenne pas : quelque part j’y aspire beaucoup à cet idéal. Il y a même des choses que je fais pour de vrai dans cette liste (beaucoup même) ! Mais pas parce qu’on nous les dicte, parce que ça me fait kiffer, parce que j’ai un jour essayé et que cela m’a plu, que ça me fait du bien au corps et à l’esprit. Alors, je continue. Aucun mal non plus si vous vous retrouvez tout à fait dans ce programme quotidien, au contraire même, chapeau,…du moment que ce ne soit pas « parce que ça fait bien » mais parce que ça vous fait du bien.

Rose fleur été citations Instagram publication.png

Avec notre société de consommation, on a parfois l’impression que le bien-être est un produit. C’est d’ailleurs un des meilleurs produits en vente si on en croit le GLOBAL WELLNESS INSTITUTE . Et oui, le secteur du bien-être est maintenant une industrie mondiale d’au moins 4 200 milliards de dollars – avec une croissance de 12,8% de 2015 à 2017. Alors ça passe évidemment par la fondation de spas,par le bien-être au travail,  mais aussi par de super campagnes de pub liées au tourisme du bien-être,  etc. On ne crachera pas dans la soupe, c’est évidemment plus que nécessaire côté santé, mais voilà le problème c’est que : les rois du merchandising adorent entretenir la confusion entre bonheur et bien-être.

Alors que le bonheur présente des invariants, des sentiments universels, le bien-être lui est lié à la conjoncture, en gros au cours de notre vie le sens du bonheur variera moins que celui du bien-être. Et alors le marketing se fait une joie de vous en mettre à toutes les sauces.

Je viens même de voir une vidéo que je ne pensais jamais voir de ma vie : un tuto pour avoir une YOGI SKIN, comprenez une PEAU YOGI… euh…c’est quoi sérieux ? Y’a même des crêmes hydratantes « yoga »… WTF ?? On dénature carrément le sens même de cette discipline qui – et j’en reparlerai plus tard dans ce podcast – est la discipline pour tous par excellence. Vous voyez, je ne dénigre pas, moi aussi par certains aspects je suis un cliché ambulant, je fais parfois du yoga et j’aime ça. Mais avec de tels slogans franchement, cette pratique se vide totalement de son contenu spirituel et c’est bien dommage.

En fait vous voyez ce que c’est que le green washing ? Bah maintenant y’a aussi le FEEL GOOD Washing.

Ouais, je viens de l’inventer, pas mal hein ? Hum. Bref. Le ZEN a clairement le sens du business : non pas qu’il faille se priver de tous ces instants, équipements, appli, produits proposés, en tester ou en choisir ne fera pas de vous un mouton… mais encore une fois : seulement si c’est votre CHOIX et qu’il vous aide vraiment à être bien au quotidien, et sans que cela ne vous angoisse ou culpabilise. Car rien ne vous y oblige.

Il y a une espèce de diktat du bien être aujourd’hui. Je sais pas vous mais rien que le mot DIKTAT il me fait pas feeling très très good quoi. C’est même clairement en opposition avec le bien-être.

Le bien-être est un ressenti c’est donc une évaluation subjective personnelleSelon l’Organisation Mondiale de la Santé, le bien-être fait partie d’une notion plus générale de : « Santé [qui] est un état de complet bien-être physique, mental et social, et [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ».

Autrement dit personne d’autre que nous-même, ne peut déterminer de notre état de bien-être. On ne peut donc pas nous le dicter.

Dans ma recherche du bien-être y’a plein de trucs auxquels je me suis intéressée, j’en ai même adopté comme faire un peu de sport, manger sainement, lire des bouquins de développement personnel – j’adapte le choix des ouvrages en fonction des moments de ma vie – ou encore essayer d’avoir des moments pour moi et auprès de mes proches, de mes amis. Mais j’en arrive à culpabiliser quand je ne fais pas mon sport de la semaine ou que j’ouvre un paquet de surgelés ! Roooh ça va, calme ta joie ! C’est devenu un impératif que notre bien-être corresponde à l’idée qu’on nous en donne dans la société et les magazines. Et alors le moindre pas sois disant de coté et on est là à culpabiliser ! Oh ça va ! Si je veux m’affaler en pilou pilou sur le canapé, mater Friends pour la 10 000eme fois  en bouffant une pizza  je t’emmerde ! ouais ! et j’ai même pas pris les escaliers aujourd’hui ! na ! voilà !

Non mais c’est vrai, aujourd’hui, on me dit quoi bouffer, quand le bouffer, faire du sport, quel sport faire, quelles performances, quoi écrire, quand, comment…en gros on me dicte la marche à suivre si je veux vraiment être quelqu’un de bien ? Benh oui je veux être quelqu’un de bien ! Mais…pff… Sous couvert de prendre soin de nous, on nous impose une vision de ce que doit être le bien-être.

Au final, on se dit surtout que l’on en fait pas assez ou qu’on le fait mal. On arrive à se mettre dans une culpabilisation permanente qui conduit au mal-être. Alors les gars je sais pas si vous avez capté, mais en fait c’est l’inverse qu’on recherche.

Alors qu’est-ce qu’on fait ? bah on apprend à s’écouter et on pioche dans les idées en prenant le soin de vérifier si elles sont en respect avec nos valeurs.  Moi, j’aime bien le yoga, et j’ai un vrai kiff quand j’ai un moment rien qu’à moi avec mon thé et de la bonne musique, un rayon de soleil et un pigeon sur mon balcon – oui, véridique. Et si toi c’est pas ton truc ? Et bien je te rassure l’ami, tu n’es pas un mécréant ! Mais, moi non plus. Mon bien-être au quotidien, ce que je fais ou comment je réfléchis pour éprouver cette sensation, et bien ça te fera peut-être rire, ça te donnera peut-être envie ou peut-être que ça t’angoissera. Si c’est le cas, c’est que ce n’est pas pour toi et tu trouveras ce qui te fais du bien. Des idées y’en a à foison : routines, activités, lectures… et si c’est à la mode et qu’on le fait quand même ? Benh on a le droit bien sûr !

Ce qu’il ne faut pas perdre de vue finalement ce sont les vrais besoins de son corps et de son esprit. Ce qui marchera pour moi ne marchera pas pour toi, et inversement. Arrêtons ce jugement permanent, et soyons plus dans le partage et la bienveillance envers nous, envers autrui.

Il appartient simplement à chacun d’apprendre à se connaître, et s’il est normal de faire des efforts pour vivre différemment, commencer une nouvelle routine, tester cette activité dont la lecture d’un article nous a donné envie, et bien juste, on arrête de s’auto-flageller en s’obligeant à faire des choses qui ne nous correspondent pas.

Alors, je ne suis ni philosophe ni coach bien-être, je ne fais que partager mon opinion mais on va résumer un peu comme ça : il est intéressant de tendre vers la meilleure version de soi-même – sinon on s’ennuierait, et ensuite parce qu’on est tous imparfaits et c’est pas plus mal franchement tant qu’on l’accepte pour avancer.  Osez, c’est la clef du changement. Si vous en avez ENVIE, Si vous en ressentez le BESOIN.

Je vous souhaite à tous de vous sentir épanouis, bien dans vos basks, mentalement et physiquement.

En s’auto-flagellant ou en s’obligeant à faire des choses qui ne nous correspondent pas pour s’auto-liker ou rechercher l’approbation des sacro-saints sur instagram : non.         En trouvant son propre équilibre, en réalisant ce qui nous fait vraiment KIFFER : oui.

C’est d’ailleurs ça le saint graal : Comme pour tout finalement, le bien-être c’est une question d’équilibre, d’une bonne dose d’amour et de lâcher prise.

***

Pour aller plus loin et continuer à parler bien-être, retrouvez notre Podcast#2 « Le Moment Bien-Etre » ici sur ausha, sur spotify ou encore soundclound et youtube.

On y parle lecture (aussi bien sur la bonheur, les sources du bien-être et la joie de l’introspection que sur le diktat du bien-être), sport, méditation et alimentation en confinement ; et surtout on y échange avec Stéphanie, professeure de théâtre formée à l’art thérapie, et avec Mérouane, infirmier dans un établissement psychiatrique à l’heure de la bataille contre le Covid-19.

A lire sur le diktat du bien-être : Carl Cederström, André SpicerLe Syndrome du bien-être

Une réflexion sur “Bien-être : du diktat à la recherche de notre propre équilibre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s